• 1

Ganaderia Taurelle : L'incertitude du Campo...

Visuel Taurelle 250520C'était le 9 février dernier, lors d'une matinée dominicale ensoleillée, il n'y a pas si longtemps et si loin de nous pourtant maintenant...

La saison taurine s'ébrouait et des premiers carteles prometteurs avaient été présentés : Alejandro Talavante allait revenir aux affaires en Arles de la main de Juan Bautista et Simon Casas n'allait pas tarder à lancer "la bombe", Jose Tomas deux fois à Nîmes... Entre autres. Nous observions en Chine, autrement dit dans un autre monde, une petite "grippette" qui venait d'amener les autorités à "confiner", car nous apprenions également ce nouveau mot, une ville de quelque onze millions d'habitants... Impossible chez nous, pensions nous et les seuls soucis que nous avions alors étaient les conditions météoriologiques qui allaient bien pouvoir accompagner notre week-end Pascal et un dimanche du mois de mars où les sollicitations se bousculaient...
On avait fait à Bernard Taurelle une proposition difficile à refuser : Recevoir pour un tentadero en petit comité la légende "Chamaco", qui avait donné la veille une conférence à Nîmes. Pas forcément dans les habitudes de l'éleveur Héraultais que d'accueillir un torero étranger, qui plus est retraité, au Mas des Brunes, mais une marque de confiance témoignée par les aficionados à l'origine de cette opération qui ne pouvait être déclinée. Le bétail s'était révélé comme souvent ici excellent. Le Maestro s'était régalé et avait régalé son public, pour l'occasion restreint. L'apéritif s'était déroulé sous un soleil déjà chaud et le monde taurin s'était comme à l'accoutumée, fait et défait autour d'un verre...

Voir le reportage photographique : ElTico

 

Puis, la saleté est arrivée. Celui qu'on appelait avant "Coronavirus" est devenu dans nos quotidiens "Covid-19" et la vie s'est arrêtée. A un point qu'on n'imaginait possible...
Le monde des toros lui aussi s'est arrêté. Peut-être plus qu'aucun autre. Car à l'heure actuelle, alors que nous sommes depuis quinze jours "déconfinés", autre nouveau mot que nous aura appris cette crise inédite, de lourdes incertitudes pèsent sur la reprise de l'activité tauromachique. Tant chez nous que chez nos voisins espagnols, chez lesquels s'ajoutent aux problèmes sanitaires, de grosses pressions politiques.
A Saint-Just, les becerros de l'année sont à l'herbe avec du foin et du pienso en complément. "Vu le contexte, je fais quand même tout ce qu'il faut pour les maintenir en état. On ne sait pas..." nous confie Bernard Taurelle. "Cette année, avec une camada courte, nous avions vendu tout ce que nous avions à proposer. Mais la plupart des dates, comme les "Rendez-vous en Terre d'Aficion" Nîmois, ont été annulées. On ne sait pas ce qu'il en sera de l'arrière saison. Nous avons décidé malgré tout de faire le sacrifice de garder les bêtes prêtes en attendant de voir si des opportunités se présentent en fin de temporada, pour limiter la casse."
Très touché par les initiatives qui se font jour ici et là pour leur venir en aide, celui qui a pris la suite de son père Robert à la tête de l'élevage familial se déclare solidaire de ses camarades ganaderos, tous dans la difficulté actuellement faute d'échéances à plus ou moins long terme. "Je suis heureux pour mes confrères de voir que dans certaines régions, les éleveurs, qu'ils soient Camarguais, Espagnols ou Landais, vont bénéficier de subventions qui vont les aider à surmonter la crise. Mais pour nous qui sommes en Région "Occitanie", les aides ont été refusées aux élevages de toros braves. Nous ne pouvons compter que sur nous mêmes et sur les initiatives des aficionados ou des toreros que je remercie vraiment de tout coeur. J'espère que nos produits sauront en temps voulu, leur rendre dans l'arène un plaisir à la hauteur du geste qu'ils ont envers nous."
Dans le cercado derrière le Mazet, sous l'oeil bienveillant du semental grâcié il y a quelques années par le Maestro Juan Bautista, les becerros attendent une opportunité de révéler leur personnalité en public dans un ruedo...

Voir les photos des becerros : ElTico

Voir l'interview de "Chamaco" sur le site de l'AFAP : ICI

 

Laurent Deloye ElTico